Promotions
sur tous les livres par rapport au prix public
Frais de port
GRATUIT
pour toute livraison en France*
(*hors DOM-TOM)
Pack Contrats de la production cinéma et télévision (Les)
79,00 € 89,00 €
Meilleures Ventes
Comment Financer ? <br /><small>Cinéma et Télévision</small>
Comment Financer ?
Cinéma et Télévision
38,00 €
Outils de la production cinéma et télévision (Les)
Outils de la production cinéma et télévision (Les)38,00 €
Les restaurants de Jean-Pierre Fougea
Les restaurants de Jean-Pierre FOUGEA

Puisque dans nos métiers nous travaillons aussi (certains disent surtout) pendant les déjeuners et les dîners, j'ai sélectionné quelques tables intéressantes qui ne sont pas forcément dans les guides en essayant de trouver des maisons où Les chefs, comme les réalisateurs, vont travailler avec de magnifiques produits pour faire naître des goûts, des émotions, des plaisirs qui méritent que l'on s'y attable.

Cette rubrique sera enrichie tous les mois et dès que le nombre de chroniques sera important, je mettrais en place un moteur de recherches par arrondissement, prix, spécialité, etc.

N'hésitez pas à me recommander vos découvertes à resto@dixit.fr

Cette rubrique m'est largement inspirée par Pierre BRAUNBERGER qui m'a initié à la bonne bouffe.
Jean-Pierre FOUGEA (Producteur éditeur).

 
Anahi (Sud-américain) - Paris 3
Fish La Boissonerie (Français) - Paris 6
Hand (Américain) - Paris 1
Khun Akorn (Thaïlandais) - Paris 11
Krung Thep (Thaïlandais) - Paris 20
L'Accolade (Français) - Paris 17
L'Affriolé (Français) - Paris 7
L'Estrapade (Français) - Paris 5
L'improviste (Français) - Paris 17
La Petite Sirène (Danois) - Paris 9
La table d'Eugène (Français) - Paris 18
Le Bambou (Vietnamien) - Paris 13
Le Beurre Noisette (Français) - Paris 15
Le Bistral (Français) - Paris 17
Le Grand Pan (Français) - Paris 15
Le Mandarin (Chinois) - Vincennes
Le Palanquin (Vietnamien) - Paris 17
Le Pré Verre (Français) - Paris 5
Le Souk (Marocain) - Paris 11
Les cartes postales (Français) - Paris 1
Les Petits Plats (Français) - Paris 14
Lescure (Français) - Paris 1
Miroir (Français) - Paris 18
Ribouldingue (Français) - Paris 5
Sardegna a Tavola (Sarde) - Paris 12
Scala (Italien) - Paris 2
Shan Gout (Chinois) - Paris 12
Sobane (Coréen) - Paris 9
Zinc Caïus (Français) - Paris 17
dernière sélection
Vivant (Français) - Paris 10
AnahiAnahiSud-américain

Dans cette maison on est ailleurs, et on se sent bien, quelque part entre Lisbonne et Buenos Aires. On est en fait dans une charcuterie des années 30 ou les murs et le plafond sont d'époque.

On s'attend à ce que rentrent un ou deux guitaristes et des danseurs de tango.

Carmina Lebrero, la patronne espagnole a installé son bureau caisse en plein milieu de la salle et elle surveille d'un coup d'œil toutes les tables.

Vous aurez des surprises dans l'assiette, des plats argentins, péruviens, colombiens, et brésiliens, un repas en Amérique latine.

Vous pouvez vous laisser tenter par Ajiaco, sauté de bœuf aux piments (Pérou) , Cururu de Camarao, Gambas aux gombos et aux cacahuètes avec molho (Brésil), Costillar de cerdo, travers de porc à la cubaine, Anticuchos à la peruna, brochettes de cœur de veau mariné à la canelle et aux oranges, et sa sauce froide tomate basilic (Chili).

Au-delà de ce voyage culinaire, le vrai intérêt de cette maison c'est la viande argentine : Bife Angosto, contre filet, Bife de Lomo, Filet de bœuf, babybeef entrecôte de bœuf.

Pour les amateurs de viande, cet endroit vaut le détour, la viande est succulente et la cuisson au feu de bois lui donne un goût incomparable. C'est une viande très fraiche qui arrive par avion d'Argentine, vous retrouverez le prix du transport dans l'addition.

Côté vin, quelques Bordeaux et Bourgogne et un assortiment intéressant de vins espagnols comme le Clos Mogador 2004 noté 96/100 par Parker, et une très bonne sélection de vins chiliens et argentins.

Pour le dessert, faites vous plaisir avec dolce de cascos de naranja, oranges confites au gingembre.


Anahi
49 rue Volta
75003 - Paris
Téléphone : 01 48 87 88 24
Prix moyen : 45€
 
Fish La BoissonerieFish La BoissonerieFrançais

C'est un bel endroit dans tous les sens du terme.

Pour les yeux, une salle qui mélangerait mosaïque de poissonnerie jusqu'à hauteur d'homme et poutres du 18ème siècle au dessus.

Un zinc très accueillant où vous pouvez vous poser pour l'apéro ou carrément pour déjeuner.

Ce zinc fait un retour ou un petit coin très sympathique tend ses deux tabourets aux amoureux.

Pour la bouche d'abord les vins, mieux vaut se faire conseiller car il y a plus de 200 crus de petits propriétaires de la France entière, de l'Alsace au sud-est et aussi en passant par la Loire.

Ce qui est formidable c'est que l'on peut boire au verre, j'ai donc pu gouter deux merveilles, un vacqueyras rouge du domaine des Amauriers et un Gevrey Chambertin rouge du domaine Geantet Parisot.

La carte change tous les mois, attention au pain, il est tiède et délicieux, fabriqué en face dans l'annexe qui fait les sandwichs.

Le chef Matthew Ong, réussi très bien les risottos, c'est un néo-zélandais qui a dû faire un stop en Italie.

Pour l'entrée, l'œuf poché au velouté de céleri est une vraie trouvaille, le foie gras est de bonne qualité, il est ici accompagné de poire et safran, une composition très gustative.

Pour suivre, les Saint jacques sur son lit de pois chiche à l'andalouse, délicieux, et un rable de lapin (des morceaux très fins) accompagnés de légumes avec une merveilleuse crème de parmesan.

D'excellents fromages, normal avec 200 crus, ne ratez pas la compote de figues en dessert.


Fish La Boissonerie
69 rue de Seine
(A deux pas de la rue de Buci)
75006 - Paris
Téléphone : 01 43 54 34 69
Prix moyen : 32€
Menu : 12,50€ le midi
 
HandHandAméricain

Pour ceux qui aiment la cuisine rustique américaine avec ses burgers, ses sauces et ses salades, voilà une adresse magnifique.
Déjà le nom est de bon augure HAND, initiales de "Have A Nice Day".
Une carte simple mais très efficace, une déclinaison d'une dizaine de Burgers, un excellent poulet à la BBQ sauce, un poulet sauté au caramel et soja, une côte de bœuf et un tartare.
La viande est d'une qualité remarquable, les burgers rivalisent de créativité, ils sont servis avec frites, salade, coleslaw et hasbrown. Les frites sont des charlottes coupées au couteau et cuites dans leur peau, excellentes, la coleslaw est particulièrement fine et très onctueuse.
Sur les 10 burgers proposés j'ai pu en goûter quatre particulièrement intéressants : le fish burger ou des dos de cabillaud remplacent la viande, le viggie burger, sans viande pour les végétariens, le supper duck avec des lamelles de canard accompagnées d'un confit d'oignons et le xxx (écrit tel quel sur la carte) qui est le Rossini du burger, une tranche de foie gras légèrement poêlée.
On ne peut pas parler de cuisine américaine sans s'intéresser aux desserts, les classiques des classiques : le carot cake est moelleux à souhait ; carottes, noix de pécan, amandes, et raisins blonds sont parfaitement proportionnés, le pecan pie est un véritable péché de gourmandise, il est parfaitement réussi.
J'ai gardé le sublime pour la fin ; le cheese-cake pour les amateurs comme moi de ce dessert, on est très souvent déçu et là c'est un ravissement, un cheese-cake New York style qui fond dans la bouche.
Côté vin, c'est très court : 3 blancs et 3 rouges, mais vous trouverez votre bonheur entre Bordeaux, Côtes du Rhône, Beaujolais, Côtes de Gascogne et Chardonnay australien.

Ce restaurant fait aussi du "take away"


Hand
39 rue de Richelieu
(établissement est situé juste devant la statue de Molière)
75001 - Paris
Téléphone : 01 40 15 03 27
Fermeture : Dimanche et Lundi soir
Prix moyen : 22€
 
Khun AkornKhun AkornThaïlandais

C'est un thaïlandais situé à 100 mètres de la place de la nation.

Décor assez étonnant composé d'un mélange de bouddhas, d'oiseaux exotiques et de dragons, mais on n'est pas venu pour le décor, passons aux choses sérieuses.

La cuisine thaïlandaise de cet établissement vaut le détour, les produits sont de qualité et la main du chef est assez magique pour manier l'acidulé, le pimenté, le salé et le sucré.

Vous trouverez une quinzaine d'entrées dont le Kratong thong des petits paniers de pâte de riz garnis d'émincés de crevette sautées, de porc, de maïs, d'oignons et de racine de coriandre – délicieux – faire un stop aussi sur le Plar koong, des crevettes ébouillantées parfumées au chili et à la citronnelle, arrosées d'un jus de citron vert - exquis - ne laissez pas de côté le Mee krob kratong, des crêpes de vermicelle de riz croustillantes aux crevettes et au porc parfumées à la sauce tamarin – un vrai délice.
Une quinzaine de plats dont le Kaeng phed ped yanng, un curry de canard avec des morceaux coupés en fine lamelles, accompagnées de petits légumes croquants avec une sauce au lait de coco épicée à souhait (à savourer avec un riz gluant) le Sua rong haï (les larmes du tigre) des fines lamelles de bœuf grillé servies sur une plaque chauffante et sur lequel on vous verse une délicieuse préparation à base de miel, on ne fait qu'une bouchée de ce plat. La légende veut qu'un tigre qui goûte ce plat verse des larmes de crocodile tellement c'est bon !
Vous pouvez terminer votre repas avec un flan royal, un flan de coco légèrement tiède.
Cette cuisine est pleine de saveur et d'originalité , l'été vous pouvez profiter de la terrasse au 1er étage.


Khun Akorn
8 av de Taillebourg
75011 - Paris
Téléphone : 01 43 56 20 03
Prix moyen : 40€
 
Krung ThepKrung ThepThaïlandais

Etonnant établissement perdu dans une petite rue de Belleville.

Quand vous entrez dans ce restaurant, c'est plein, et c'est plein en permanence de 19h à 23h, et pourquoi? : tout simplement parce que cet établissement est sans doute le meilleur thaïlandais de Paris.
Il va falloir vous livrer d'abord à un petit exercice particulier.
Les tables sont posées sur des bancs, sur lesquels vous allez vous asseoir, ce qui implique que pour pouvoir passez vos jambes entre les bancs et la table, il faudra un "fenwick", une petite grue ou un chausse pied géant, c'est d'ailleurs un spectacle en soi.

Hors de question de sortir de table avant le départ définitif sauf si votre kiné vous a conseillé des mouvements du type "pliage en trois", "rotation dorsales" et autres contorsions spéciales.

Les tables sont faites pour 5 personnes, donc si vous venez à deux vous partagerez la table avec deux ou trois autres personnes, donc pas de discussion sur la sécurité nationale, ni sur vos pratiques sexuelles.

Si vous avez réussi à vous asseoir, vous allez faire un voyage dans la Thaïlande gastronomique, et ce voyage va être EXCEPTIONNEL.

C'est un défilé de saveurs, d'une finesse rare : il y a 116 plats à la carte, c'est un "flagrant délire culinaire" : salade de bœuf mi-cuit - salade de papaye verte - la soupe au lait de coco au poulet - émincé de mangue et papaye aux crevettes - poulet en feuilles de pandanus - crabes en mue à l'ail - curry au lait de coco - langouste sautée aux herbes et flambée – salade de fleur de bananier – salade de seiche croustillante et mangue - salade de feuille ylot avec la sauce de Galanga – Gambas sautées au cari – noix de coco farcie aux crevettes – bœuf sauté au citron et gingembre – curry de porc à la noix de coco – filet de saumon à la sauce curry vert.

Krung Thep est l'ancien nom de Bangkok qui veut dire "ville des anges".


Krung Thep
93 rue Julien Lacroix
75020 - Paris
Téléphone : 01 43 66 83 74
Fermeture : Tous les midis
Prix moyen : 35€ (Attention, pas de CB)
Reservation : obligatoire
 
L'AccoladeL'AccoladeFrançais

Le chef Sébastien Altazin mérite beaucoup plus qu'une accolade, il mérite la palme spéciale de la créativité. La carte change souvent, en fonction du marché et de l'inspiration de Sébastien, c'est un peu comme un comédien qui ferait de l'impro.

C'est une impro très cadrée, car elle reste sur le thème de la tradition française, blanquette, rognon, pas mal de poissons.

Sébastien Altazin qui a été l'élève de Guy Savoy aime travailler les langoustines, on sent quand un chef aime créer, la joie s'installe dans le plat.

Pour ce repas j'étais accompagné de deux personnes, ce qui m'a permis de goûter plusieurs plats : des oreilles de cochon grillées sur lit de mâche et verrine de thon, un risotto de langoustine au parmesan, un rognon entier rosé à souhait, accompagné de légumes compotés, un filet de bar avec ratatouille au basilic.

Cuisson, présentation, alliance des produits…Tous ces plats étaient vraiment au top.

Très belle carte des vins et surtout la possibilité de commander un verre et de coller au mieux à l'évolution du repas.


L'Accolade
23 rue Guillaume Tell
(à deux pas de la place Pereire)
75017 - Paris
Téléphone : 01 42 67 12 67
Prix moyen : 50€
 
L'AffrioléL'AffrioléFrançais

On ne saute pas forcément de joie quand on ouvre la porte, la déco est un peu néo – new – genre "Coste", une immense ardoise sans doute de 10 mètres de large, remplit heureusement le mur principal, avec menu et plat du jour.

La présentation des plats sur la table est très (trop) sophistiquée, elle minimise un peu l'envie de gouter, vous avez l'impression de casser un objet décoratif.

Mais les travailleurs en cuisine font un boulot remarquable sous la direction du chef et patron Thierry VEROLA.
Un menu : 5 entrées, 5 plats, 5 desserts et un vrai plaisir de retrouver des produits classiques mis en musique avec une partition sublime.

En entrée, le parmentier croustillant de boudin aux oignons n'est autre qu'un boudin noir revisité et sublimé, je pense que même les anti – boudins, ceux qui détourne le regard de ce produit, vont adorer.
Le crémeux d'Etrilles, cromesquis de fenouil est extrêmement gouteux et comme son nom l'indique exquis !
En plat, le pâté "Pourtin" de coquelet au foie gras est tout à fait formidable, les coquilles saint jacques sont accompagnées d'une émulsion fonds de poulet et absinthe et de carottes coupées très fines dans le sens de la longueur et poêlées, qui donne à ce plat couleur et gout délicieux, les encornets à la plancha avec un risotto de pates au chorizo valent aussi le détour.

Dans les desserts, l'ananas Victoria poêlé aux mangues et les gaufres aux poires et caramel méritent le desserrage de ceinture.

C'est vraiment bon et créatif et vous êtes tellement contents qu'en sortant vous arrivez à trouver la déco sympa !

Très belle carte des vins avec trop peu de vins au verre.

L'Affriolé
17 rue Malar
75007 - Paris
Téléphone : 01 44 18 31 33
Prix moyen : 35€
Menu : 29€ à midi / 34€ le soir et 24€ pour entrée/plat ou plat/dessert
 
L'EstrapadeL'EstrapadeFrançais

A quelques enjambées du Panthéon et de la place de la Contrescarpe, ce lieu est un vrai bistrot parisien. Décor, ambiance, carte tout est bistrot.
On rentre on s'assoit et déjà on se sent bien, avant d'avoir goûté quoi que ce soit.
La simple lecture de la carte met vos papilles gustatives en alerte maximum.
J'ai retenu quatre entrées très intéressantes et très goûteuses : le foie gras de canard mariné à la mure et au jurançon, la tatin pomme poire au boudin noir , les calamars farcis au chorizo et poivron et le pressé de carottes au caviar d'aubergine et tomates séchées. C'est une cuisine bistrot aux accents du sud ouest.

Quatre plats ont régalé mon palais : l'axoa d'espelette, la blanquette de veau, le suprême de poulet farci chèvre et menthe, et le chou farci à l'ancienne, un chou qui fond littéralement dans la bouche. Le chef Patrick LAUTHELLIER revisite d'une manière sublime quelques plats de grand-mère.
Pour conclure la terrine de clémentine et kiwi est très bon. Le suicide au chocolat ravira tous les amateurs de chocolat, à déguster absolument même si vous n'avez plus faim.
Il ya aussi un cheese-cake digne de chez HANDS, c'est normal c'est MARC BEAUCOUR qui le conçoit , après avoir passé plusieurs années chez Joe Allen.

Très belle carte de vins à petits prix , de nombreux vignobles du sud de la France sont présents avec des noms de propriétaires que vous ne connaissez pas forcément , ainsi que des vins espagnols et portugais. Marc Beaucour qui s'occupe de la salle vous conseillera utilement.


L'Estrapade
15 rue de l'Estrapade
75005 - Paris
Téléphone : 01 43 25 72 58
Prix moyen : 40€
Menu : 14€ le midi
Reservation : conseillée (seulement 20 places)
 
L'improvisteL'improvisteFrançais

C'est de la cuisine bistrot, mais quelle magnifique cuisine bistrot.
Ce restaurant au décor des années 30 est situé à deux pas du parc Monceau, c'est un lieu d'une grande quiétude.
Les plats sont simples mais bons, très bons, que l'on peut qualifier dans notre imaginaire de cuisine de grand-mère.
La grande difficulté c'est de faire votre choix sur l'ardoise, car tout vous tente et vous rappelle de bons moments, jugez-en.

Pour les entrées entre 8 et 12 €, vous trouverez selon la saison évidemment : Harengs marinés pommes à l'huile, Pressé de jarret de porc et foie gras, Tête de veau sauce ravigote, Asperges vinaigrettes, Terrine de jambon persillé, Terrine de chevreuil, Filets de rougets à l'escabèche.

Et pour les plats, dans une fourchette de 16 à 25 € : Fricassée de rognons et de ris de veau, Andouillette "5A" à la moutarde, Entrecôte charolaise à la moelle, Blanquette de veau, Bœuf bourguignon, Tartare de charolais au couteau, Pot-au-feu, Poitrine de porc aux lentilles.

On aimerait trouver des bistrots de cette qualité dans tous les arrondissements de Paris.
Vous êtes reçu comme à la maison, c'est-à-dire simplement, sauf qu'à la différence de la maison, vous trouverez une carte de 150 vins du très abordable au cru prestigieux.

L'improviste
21 rue Médéric
75017 - Paris
Téléphone : 01 42 27 86 67
Prix moyen : 35€
 
La Petite SirèneLa Petite SirèneDanois

Vous mettez un conte d'Andersen, le film Le festin de Babette, l'hôtel Crillon et La Tour d'Argent et vous avez "La petite Sirène".

Rappelez vous Babette (Stéphane Audran) cuisinière réputée, fuit la répression de la commune de Paris en 1871, elle se réfugie dans un petit village danois, toutes les semaines elle joue à la loterie et un jour elle gagne, elle investit tout l'argent pour reconstituer en une seule soirée le faste de la grande cuisine parisienne. Au menu entre autre soupe de tortue géante, blinis au caviar avec un veuve cliquot 1860, des cailles en sarcophages avec un clos vaugeot 1845….
Le film de Gabriel Axel (d'après une nouvelle de Karen Blixen) décroche l'Oscar en 1988, et qui était dans les cuisines du film pour préparer ce festin : Peter Thulstrup, le créateur et patron de La petite Sirène. Entre temps il est passé par le restaurant de l'hôtel Crillon et à la Tour d'Argent.

Cette maison, qui se veut un peu l'ambassade gastronomique du royaume du Danemark, est tout à fait exceptionnelle, Peter est un magicien de l'aigre doux, du sucré salé.

Un menu à midi et un le soir. Dans ces menus vous rencontrerez en entrées : La soupe de moules au curry, la soupe de lait aux biscuits de cardamome, les harengs à la noix de muscade, la salade d'épinards au bleu, la soupe de sureau aux pommes, la coupe d'églantine à l'anis… Que du bonheur.

Et pour suivre, la fricadelles de poisson, le cabillaud à la moutarde, les anguilles au concombre aigre-doux, le barbue à la compote d'oignons rouges, le turbot aux épinards et à la cardamone, et si vous êtes viandes, la poitrine de veau au raifort, les joues de porc aux choux et au curry, les magrets de canard aux cerises, les jarrets au chou caramélisé, la fricassée d'agneau aux crevettes…Autant de plats hauts en gout et en saveurs.

Bien sur vous trouvez aussi à la carte des merveilles de saumon et de hareng.
Allez à cette adresse les yeux fermés et la ceinture légèrement desserrée car vous devez impérativement gouter aux desserts comme, le riz à l'amande et aux cerises, les cerises à la crème de cardamone, le crumble à la rhubarbe, la compote de fruits rouges…

Pas de vins danois, mais une très belle carte, et si vous voulez rester local, tentez l'Aquavit avec le trou danois à la bière… danoise évidemment.

La Petite Sirène
47 rue Notre Dame de Lorette
75009 - Paris
Téléphone : 01 45 26 66 66
Prix moyen : 50€ (à la carte)
Menu : déjeuner 29€ / diner 34€
 
La table d'EugèneLa table d'EugèneFrançais

Quand j'ai passé la porte de cet établissement, je me suis immédiatement léché les babines sans doute à cause d'un mélange subtil, d'ambiance, d'odeurs, de clients attablés heureux…

Voilà encore une maison qui a échappé aux limiers du Michelin pour notre plus grand bonheur (addition et places).

Geoffroy Maillard le chef propriétaire est un inventeur talentueux, il a, il faut le dire, une sacrée formation plusieurs années aux côtés d'Eric Frechon (le Bristol) et Alberto Herraiz (chef catalan de El fogon).
Le résultat dans l'assiette est absolument sensationnel de raffinement de goût, d'invention et de visuel.

Voilà quelques plats qui étaient au menu à 35 € le soir de ma visite.
En entrées : Œuf de poule Mollet, petit pois à la française, lard des Pyrénées croustillant et oignon des Cévennes, Courgette Violon en marmelade, salade de légumes de printemps à l'huile d'olive et citron caviar, Daurade en tartare, millefeuille de daïkon, vinaigrette Ponzu, salade d'herbes et sésame wasabi, Foie gras mi-cuit, mariné au Tokaji Aszù 5 puttonyos 1983, fine gelée d'abricot et chutney.

En plats : Volaille fermière de l'Ardèche en deux cuissons, Le filet farci au foie gras, poireaux crayon et champignons boutons et Les cuisses en raviole et onctueux de sauce suprême, Côte de cochon à la plancha, risotto de coquillettes cèpes et truffes, jus et émulsion, Canette rôtie, crumble de brioche agrumes/gingembre, concombre rafraîchi mangue orange coriandre, Saint-Pierre de ligne petit bateau, poêlé, olives Kalamata, artichauts poivrades en barigoule, huile de basilic et tomates confites.

Je ne vous parle pas des desserts, car sinon vous allez baver devant votre ordinateur.
Il est rare que je retourne deux fois dans la même maison puisque mon credo c'est découvrir de nouveaux talents (c'est plus facile en gastronomie qu'au cinéma) d'ailleurs quand je chronique un établissement, il est possible que j'en ai visité un certain nombre sans pour autant m'attarder à leur sujet.
Mais là, je vais y retourner, car le chef propose 2 menus dégustation le premier en 5 temps à 55 euros et le deuxième en 7 temps à 75 euros.
Une excellente carte des vins de 40 à 230 € la bouteille.

Foncez dans cette maison je suis sûr que vous me remercierez.

La table d'Eugène
18 rue Eugène Sue
(à côté de la mairie du 18e)
75018 - Paris
Téléphone : 01 42 55 61 64
Fermeture : dimanche et lundi
Prix moyen : 55€
Menu : 25€ (midi) / 35, 55 et 75€ (soir)
 
Le BambouLe BambouVietnamien

En plein quartier chinois (13ème) ou vous avez des restaurants tous les 10 mètres, pas facile de trouver la bonne maison qui ravira votre palais.

J'ai trouvé pour vous une petite merveille, vous pouvez y aller les yeux fermés et les papilles grandes ouvertes.

C'est un pur vietnamien comme à Hanoi.

La carte est articulée autour de soupes et grillades (porc, poulet, bœuf, crevettes). C'est simple comme déclinaison mais la qualité des produits et la "hanoi touch" du chef font que les plats sont succulents.

C'est un restaurant populaire, nappe papier, couvert en inox et tasses de thé en terre cuite, fréquenté par de nombreux vietnamiens et à l'addition extrêmement modeste.

Une douzaine de soupes (j'ai une préférence pour celles qui ont le moins de viande) et une trentaine de combinaison de grillades.

Il faut impérativement goûter les Banh xeo, des crêpes vietnamiennes à base de farine de riz mélangées à du curcuma et fourrées d'émincés de crevettes, de bœuf et de germe de soja.

Goutez aussi le Bo La Lot, des brochettes de bœuf aux feuilles "La Lot" ce sont des feuilles de vignes qui ressemblent à l'ortie, excellents au goût, ou le Bo Mo Chai, brochettes de bœufs aux crépinettes. Si vous êtes un tantinet téméraire, laissez vous tenter par le Com Tam Bâo, littéralement "riz aux trois trésors", qui porte très bien son nom.

Le Thit Kho et le Tom Rim porc et crevettes caramélisés sont un vrai délice.

Vous trouverez des Bo Bun excellents et toute une série de crevettes grillées tout à fait remarquables.

Si vous n'avez pas été rassasiés par les plats très copieux ou si vous avez simplement envie de terminer votre repas par une touche de sucré, je vous recommande le Chè Chuoi, un mélange chaud froid de banane au lait de coco, tout simplement savoureux.

Tous les plats sont servis avec un assortiments de salades composées de soja, menthe, basilic, la lot et autres plantes très goûteuses et les produits sont d'une exceptionnelle fraicheur, qui s'explique par le nombre de repas servis, entre 300 et 500 par jour.

Une autre bonne surprise, c'est l'addition qui est extrêmement raisonnable.


Le Bambou
70 rue Baudricourt
75013 - Paris
Téléphone : 01 45 70 91 75
Fermeture : Lundi et tous les soirs à partir de 22h30
Prix moyen : 20€
Reservation : indisponible
 
Le Beurre NoisetteLe Beurre NoisetteFrançais

Ce beurre noisette devrait en fait s'appeler le moelleux croquant, car c'est à mon avis la ligne éditoriale de cette maison.

Thierry Blanqui, chef et propriétaire pratique une cuisine que l'on appelle "bistrotique", mot un peu barbare qui veut dire de la très bonne cuisine genre grande maison mais dans un bistrot. Tout l'investissement est dans la cuisine et pas dans la salle.

Ils sont une vingtaine à Paris à pratiquer ce principe, en général une cuisine du terroir, très créative qui réinvente et revisite des plats classiques en les sublimant.

Lors de ma visite, j'ai gouté en entrée la soupe passée de légumes au foie gras et petits croutons, un gout et une saveur magnifique, et le boudin noir poché aux pommes confites, j'ai rarement gouté un boudin aussi délicieux.

Pour les plats : la brandade de haddock au chou vert ciboulette et petites chips, un vrai délice et une poitrine de cochon du Cantal caramélisé au soja, tout à fait formidable.

La carte affiche 6 entrées et 6 plats, qui varient en fonction des saisons et de l'inspiration de Thierry Blanqui, vous y rencontrerez :

En entrées : Noix de saint-jacques rôties, mousseline de chou fleur au beurre noisette - Pressé de pintade et foie gras à l'anguille fumée - Roulade de tête de veau poêlée , poireaux vinaigrette - Carpaccio de pied de cochon, ravigote de lentille - La crème de céleri avec des dés de foie gras, le foie gras poché aux épices et vin rouge

En plat : La volaille des Landes en cocotte, l'agneau confit au citron - Le jarret de veau aux légumes, la dorade croustillante avec son confit de légumes aux herbes - La morue demi-sel rôtie à la tomate - La cuisse et râble de lapin rôtis à la moutarde à l'ancienne - La selle de veau de lait, légumes du moment cuisinées au jus


En dessert, je vous recommande le baba au rhum, aussi bon que chez Stohrer rue Montorgueil.

N'hésitez pas à demander du vin au verre dans l'excellente carte des vins.

Le Beurre Noisette
68 rue Vasco de Gama
75015 - Paris
Téléphone : 01 48 56 82 49
Prix moyen : 40€
Menu : 35€ et 50€
 
Le BistralLe BistralFrançais

Qu'est ce qu'il y a de mieux que de mettre les pieds sous la table et d'être étonné du début à la fin du repas.
C'est ce qui m'est arrivé dans cet établissement qui manie équilibre, justesse et vraies saveurs.

Thierry, le chef, travaille des produits classiques, parfois un peu délaissés et les amènent à un niveau de gout totalement sublimé ; du grand art.

Vous connaissez le produit, donc vous avez une idée du goût et quand vous le dégustez c'est un raffinement extrême qui se développer dans votre palais, c'est brillant, plein de plaisir et de bonheur.

Ce restaurant mérite d'être étoilé, il a échappé aux limiers du Michelin et c'est tant mieux car il reste abordable au niveau prix, pourvu que cela dure !

Voilà quelques plats de référence, il ne sont pas à la carte tous les jours car le chef varie en fonction de la saison et de son envie de création.

En entrée : soupe jimboura de boudin noir, salade exotique d'ananas, seiche poivron et gingembre - tartare de veau, câpres caramel d'oignon et sorbet d'huile - tartare de saint jacques au céleri et concombre et huile d'avruga et algues Kombu - soupe de topinambours aux truffes et aux pignons - carpaccio de bœuf à la mangue – etc…

En plat : Noisette de biche avec des navets de pardhailan confits aux lamelles de truffes - pigeon de Sologne à l'oriental - choux farci de pot au feu de bœuf confit avec foie gras poêlé et jus de braisage - le tatin de betterave au chèvre caramélisé aux fraises et poivre vert etc…

Ce chef est aussi extrêmement doué pour les desserts, car même si vous êtes calés après le plat, la qualité est telle que vos papilles gustatives vous klaxonnent et vous demandent instamment de gouter un dessert, comme un ordre impératif.

Quelques choix : orange cannelle chocolat blanc avec glace pamplemousse citron - buche de crêpes roulées et fourrées d'une crème pralinée mandarine et ganache setchouan - le sorbet au yaourt, pêche poêlée à la lavande.

Courrez y, vous serez plus qu'enchanté, vous n'aurez qu'une envie, c'est d'y retourner.

Formidable carte des vins dont certains au verre.

Le Bistral
80 rue Lemercier
75017 - Paris
Téléphone : 01 42 63 59 61
Prix moyen : 60€
Reservation : obligatoire
 
Le Grand PanLe Grand PanFrançais

"Du temps que régnait le Grand Pan, les dieux protégeaient les ivrognes"…

Les premières paroles de la chanson "Le Grand Pan" de Georges Brassens sont inscrites au mur de la première salle de ce restaurant ouvert en mai 2007 dans une petite rue proche du parc Georges Brassens.

Dans la deuxième salle se trouve une porte avec un passe plat, évidemment vous passez la tête car vous êtes curieux, mais surtout parce que vous êtes attiré pas les effluves extrêmement prometteuses, où vous découvrez la cuisine et vous avez une forte probabilité de vous retrouver nez à nez avec Benoit Gauthier, chef et patron, qui vous lancera un bonjour avec son magnifique accent corézien.

Le concept du diner est basé sur une côte de veau, ou une côté de bœuf de Mauléon ou une côté de porc ibaïona accompagnées de frites au couteau (et oui cela existe encore). Les produits sont d'une grande qualité et le chef en assure une cuisson optimale.

Si vous préférez opter pour la carte vous y trouverez du homard, des coquilles Saint Jacques d'Erquy et selon la saison, différents gibiers et pigeons. Il y a d'autres accompagnements que les frites au couteau, elles changent selon le marché et la saison, j'ai eu droit à une purée de topinanbour "d'enfer".

Benoit Gauthier a fait ses classes au Grand Vefour chez Guy Martin puis au Troquet avec Christian Etchebest, il a l'amour des produits et l'excellence de la cuisson, ce qui aboutit à des saveurs d'exception.

Sa culture de cuisine de campagne confrontée à sa collaboration à une grande maison lui inspire des recettes très originales, mais surtout extrêmement goûteuses, comme sa soupe de potiron au lard fumé, ou sa tête de veau roulée cuite à la plancha…

Desserts simples mais parfaits.

C'est un chef dont on reparlera car il n'a que trente ans.

Une très sympathique carte des vins, avec une formidable sélection de vins en pichet.

C'est un bistrot à visiter absolument.


Le Grand Pan
20 rue Rosenwalt
75015 - Paris
Téléphone : 01 42 50 02 50
Prix moyen : 40€ (le diner)
Menu : Formule économique à midi
 
Le MandarinLe MandarinChinois

Ce restaurant chinois est déjà d'un rapport qualité / prix exceptionnel, et en plus les prix ont baissé pour suivre la baisse de la TVA.

Autant dire que je défie quiconque de me trouver une chinois de cette qualité au prix qu'il pratique.

Si vous en trouvez un, envoyez moi immédiatement l'adresse à : resto@dixit.fr.

Je vous recommande le canard laqué de très grande qualité, les crevettes eux deux herbes impeccable et les travers de porc sautés au sel et au poivre qui sont absolument sublimes. J'ai également rarement gouté un riz cantonais aussi bon.

La devanture ne paye pas de mine, mais quelle bonne surprise. Le restaurant est situé dans une zone de non-ville, puisque quand vous sortez, vous voyez à droite à 20 mètres un panneau "Vincennes" et à gauche à 30 mètres un panneau "Saint Mandé", mais il a quand même une adresse.


Le Mandarin
170 bis avenue de Paris
94300 - Vincennes
Téléphone : 01 43 28 38 60
Prix moyen : 22€
 
Le PalanquinLe PalanquinVietnamien

Ce n'est pas très grand, 12 tables, plus 6 dehors quand il fait beau, mais quel qualité, quel raffinement dans le goût, quel bonheur dans l'assiette.

Vous n'avez aucune chance de vous arrêter dans ce restaurant car il est situé dans une rue "en cul de sac" qui s'arrête sur une petite place (place Boulnais) pleine de charme.

Par bonheur nous étions 6, ce qui m'a permis de goûter dans tous les plats.

Un festival de régal, de goût, de saveurs…

Mini blinis de riz au hachis de crevettes, Soupe Palanquin, salade du jardin Palaquin, poulet au tofu et à la crème de curry, porc au caramel, crevettes à la mode saïgonnaise, brochettes de crevettes en lamelle de porc, panaché de fruits de mer à la sauce piquante, boulettes de porc à l'ancienne, et pour le dessert une formidable crème de coco à la banane.

On ne vient pas dans ce lieu pour le vin. Prenez un thé.

Je vais revenir très vite car j'ai encore la moitié de la carte à découvrir, une adresse obligée pour tous les amoureux de la cuisine asiatique. La réservation est plus que conseillée.

Le Palanquin
4 place Boulnois
75017 - Paris
Téléphone : 01 43 80 46 90
Prix moyen : 32€
Reservation : conseillée
 
Le Pré VerreLe Pré VerreFrançais

Philippe Delacourcelle, chef et propriétaire revendique comme label pour sa maison "cuisine et vin d'auteur", cette appellation n'est pas usurpée bien qu'elle puisse s'appliquer à tous les chefs "créatifs".

Les gammes de Philippe Delacourcelle ce sont les épices avec lesquelles il détourne des plats classiques et la partition est large, puisque avec le piano il va subtilement jouer avec : noix de muscade, cannelle, girofle, cumin, carvi, vanille, safran, gingembre, anis étoilé, cardamone, coriandre, curcuma, aneth, feuille de limetier…

5 entrées, 6 plats et 4 desserts qui changent toutes les semaines.

Dans les entrées, j'ai adoré le saumon mariné au gingembre accompagné d'aubergines fumées, le pressé de poulpes wakamé au roquefort.

Pour les plats, j'ai pris beaucoup de plaisir avec, le rognon de veau galette de riz et chou chinois, et avec le cochon de lait fondant et chou croquant aux épices. J'ai été agréablement surpris favorablement par le clafoutis de poivron jaune aux framboises, comme dessert.

A la table d'à côté visiblement des habitués amoureux de ce lieu m'ont vanté, la soupe d'escargot au miso, les huitres au pavot, le riz au lait cacahuètes persil.

La carte des vins est très intéressante avec des petits propriétaires pratiquement inconnus mais très créatifs. Encore un restaurant qui a compris l'intérêt du vin au verre. Je recommanderai le Chinon de chez Loup (19€ la bouteille, 3,5€ le verre).

Cette maison mérite plus que le détour.

Cette cuisine à séduit les japonais puisqu'il y a un Pré verre à Tokyo qui ne désemplit pas.


Le Pré Verre
8 rue Thenard
75005 - Paris
Téléphone : 01 43 54 59 47
Prix moyen : 35€
Menu : 13,5€ le midi
 
Le SoukLe SoukMarocain

En matière de couscous, il y a cinq ou six maisons qui tiennent le haut du pavé dans la capitale.
Je trouve que LE SOUK mérite d'être dans ce classement restreint pour la qualité de ses préparations. Le lieu est tout à fait dépaysant, d'ailleurs en sortant on est étonné de ne pas se trouver sur la place Jemaa el Fna !
Situé dans le quartier nord de Bastille en pleine ébullition, le restaurant se trouve au 1 rue Keller pratiquement au carrefour Charonne, Ledru-Rollin.

Une semoule d'exception, onctueuse, friable, et un bouillon goûteux à souhait et pas trop coloré, les deux piliers fondamentaux du couscous sont bien là. – 12 couscous sont déclinés, deux ont ma préférence, le CHEEWA avec une brochette d'agneau marinée et le TANJAOUI, formidable épaule d'agneau – les prix étant de 15 et 20 €.
14 tajines au menu dont le marakchi, agneau oignons et poires confites, une petite merveille de sensibilité, et la canette au canard miel et figues fraîches qui fond dans la bouche.

Même les autres classiques Zaalouk (salade d'aubergine) et Mechouisa (poivrons tomates) ont une grande finesse et quand vous fermez les yeux, les saveurs marocaines vous envahissent.
Pour le dessert vous ne pouvez pas passer à côté du millefeuille aux figues confites.
Le Souk c'est la Rolls Royce du couscous, je vous conseillerais de ne pas être conducteur, car les vins marocains se boivent comme du petit lait.


Le Souk
1 rue Keller
75011 - Paris
Téléphone : 01 49 29 05 08
Fermeture : Lundi
Site internet : http://www.lesoukfr.com
 
Les cartes postalesLes cartes postalesFrançais

Quand un japonais fait de la haute cuisine française, oh la la… attention le palais !
La culture japonaise avec toute sa finesse, ses préparations, ses sauces, plaquées sur une cuisine haut de gamme et orchestrée par un talentueux cuisinier donne dans l'assiette d'abord, et dans la bouche après, quelque chose de subtil, tout en finesse, extrêmement raffiné qui vous balade des contrées françaises au pays du soleil levant, un voyage d'exception.
Ce chef (Yoshimasa Watanabe) est hors norme, il réussit magnifiquement la fusion culinaire entre deux cultures.

Ce restaurant pratique la ½ portion, ce qui est absolument sensationnel, cela vous permet de prendre plusieurs plats et donc plusieurs goûts, la ½ portion étant à 50% du prix du plat.
Voilà quelques plats magnifiques que vous rencontrerez en entrées : Emincés de filet de canette servis tiède à la vinaigrette de noisette, Galette de crabe à la vinaigrette de pamplemousse, Salade de Langoustines avec sa sauce aux truffes, Velouté de choux fleur à la langoustine servi froid avec un nappage d'huile d'olive vierge.

En plat : Tempura de filet de sole et de langoustines accompagnés de citron vert, Raviolis et Croustillants de Langoustines et leur coulis, Brochette de Ris de veau caramélisée à la sauce aux truffes, Lamelles de boeuf aux deux poivrons façon soleil levant, Joue de bœuf braisée avec carottes glacées.

Très impressionnante carte de vins, tous les grands Bordeaux et les grands Bourgogne sont là et là aussi vous avez droit systématiquement pour tous les grands crus à la demi bouteille comme un Lynch moussas, ou un La chapelle de Lafon-rochet, ou un Lalande borie, un chasse spleen (j'adore ce vin pour son goût et son nom extra) un Gevrey Chambertin, un Pommard, un Mercerey, ….
C'est Noël Chahid Nouraï, atypique DGA du CNC dans les années 80 qui m'a indiqué cette maison, merci Noël.

Les cartes postales
7 rue Gomboust
75001 - Paris
Téléphone : 01 42 61 23 40
Fermeture : samedi midi, le dimanche et le lundi
Prix moyen : 60€
Menu : 25€ et 70€
 
Les Petits PlatsLes Petits PlatsFrançais

Déjà en ouvrant la porte de cette maison, on est envahi par un sentiment de bien-être qui est exacerbé par l'odeur qui s'échappe de la cuisine. Cette odeur a été capté directement pas vos papilles et là vous avez un espèce de pressentiment que quelque chose de formidable va se passer.

Le lieu est très convivial, ce bar en U planté au milieu de la salle donne une ambiance bistro provincial très sympathique.

Un mur aveugle accueille une immense ardoise ou figure une liste d'une centaine de petits propriétaires récoltants de toutes les régions françaises : choix étonnant par la quantité et la qualité.

Trois ardoises vont défiler sous vos yeux. La première vous raconte le menu du jour (entrée + plat 15€), l'autre vous parle des viandes d'Aubrac et la troisième des desserts.

Sur la carte des menus, le chef vous propose 5 plats sous deux formes différentes, une normale et une en demie portion, c'est une excellente idée, certain diront ; cela permet de garder la ligne, d'autres comme moi applaudissent car cela permet de prendre deux plats et de se régaler doublement.

Et je me suis effectivement régalé, avec en entrée : l'œuf cocotte au foie gras poché, des croustillants de pieds de cochon, une crème de coques et de moule au safran.

En plat : des scupions aux croquettes de homard, un navarin d'agneau et un gratin de macaroni aux cacahuètes.

Quand je vous dis que je me régale avec trois entrées et trois plats, je ne suis pas gargantua, c'est tout simplement que je ne vais pas seul au restaurant et que bien évidemment je pioche allègrement dans l'assiette de mes convives.

Petit regret, au vue de la carte des vins qui est magnifique, il n'y a pas assez de vin au verre.

Filez dans ce bistrot, je suis sur que vous me remercierez, en prime, l'accueil est extrêmement chaleureux.

Les Petits Plats
39 rue des Plantes
75014 - Paris
Téléphone : 01 45 42 50 52
Prix moyen : 27€
Menu : 15€
 
LescureLescureFrançais

Que vous vous rendiez à ce restaurant en voiture, en métro ou à pied, vous allez avoir un CHOC !

Au bout de la place de la Concorde vous prenez la rue Mondovi, vous faites quelques mètres et LESCURE est là, qui vous tend la main, vous ouvrez doucement la porte du restaurant et là, VOUS ETES A LA CAMPAGNE, pas dans un bistrot de province, mais dans une auberge campagnarde qui se trouverait à quelques kilomètres de Bourg en Bresse ou de Vésoul.

Il y a deux endroits où vous pouvez trouver la campagne à Paris, Porte de Versailles pendant le Salon de l'Agriculture et chez LESCURE.

Peu de choses ont dû changer depuis l'ouverture en 1919, c'est la même famille de la quatrième génération qui officie.

Décor très rustique, poutres en bois desquelles pendent des grappes d'ail et d'oignon.
Les tables sont très proches les unes des autres, tout le monde parle avec tout le monde, commente les plats, les vins et les desserts. Les garçons, le patron, les cuisiniers (la cuisine est ouverte) participent à la conversation, contestent, approuvent, rabrouent, et animent un joyeux brouhaha.

Pour la cuisine, cela ressemble beaucoup à celle de ma grand-mère : maquereaux marinés, velouté de poireaux, terrine de foie de volaille, confit de canard, poule au pot, potée aux choux, langue de veau, poulet à la crème d'estragon et aux coquillettes.

C'est un endroit ou règne la bonne humeur, ce qui fait oublier les petites imperfections de l'assiette.

Le prix est incroyable, entrée – plat – dessert et verre de vin pour 20 euros, c'est d'autant plus incroyable que l'on est dans un quartier d'affaire à proximité du Ritz et du Crillon.

Une fois l'addition payée, deuxième CHOC car vous sortez…et vous êtes à Paris ! L'ambiance et le décor de cette maison vous avaient totalement emporté ailleurs.


Lescure
7 rue Mondovi
75001 - Paris
Téléphone : 01 42 60 18 91
Prix moyen : 30€
 
MiroirMiroirFrançais

Miroir ! Oh miroir ! Dis moi si ce que je mets dans les assiettes des clients est bon? Est très bon? Oh miroir, dis le moi !

Et bien dit le miroir, c'est un délice, pour les entrées ton pied de cochon poelé est top, ton crémeux de fenouil tartare de saumon est parfait, et ton foie gras poché au vin rouge et épices est tout à fait très bien, très goûteux.

Le top du top c'est ta soupe de langoustine fraiche avec ce goût de langoustine qui évolue magnifiquement en bouche.

Tes plats aussi sont vraiment réussis, ton filet de daurade poêlé sauce vierge est un grand moment, la sauce vierge est tout à fait étonnante. Ton bar rôti au pistou de riquette est d'un haut niveau, mais là ou j'ai craqué miroir, c'est ton épaule d'agneau de laie rotie.

J'ai fait une folie, j'ai ajouté à tout ces plats un dessert qui est une très belle conclusion : les figues rôties au porto, crème citron.

Et j'ai beaucoup apprécié le moment où je me suis attablé et sans avoir encore ouvert le menu, ni parlé à personne, et est arrivée sur la table une assiette avec une mise en scène, et dans le rôle principal une rillette de rascasse qui prépare bien le palais pour la suite.

Mais dis moi miroir, et moi est ce que je suis le plus beau?

Toi, tais toi…mange et boit !

Mais qui se cache derrière ce miroir, deux artistes, Sébastien Guenard au piano, il a joué notamment chez Alain Ducasse, et Matthieu Buffet aux bouteilles, ex sommelier du Lyonnais, il m'a fait gouter un Saint Chinian (25€) tout à fait étonnant.

Ce miroir reflète bien, même très bien !


Miroir
94 rue des Martyrs
(partie haute de la rue à proximité de la place des Abesses)
75018 - Paris
Téléphone : 01 46 06 50 73
Fermeture : Dimanche soir et Lundi
Prix moyen : 40€
 
RibouldingueRibouldingueFrançais

Petit rappel historique : RIBOULDINGUE était l'un des 3 personnages (le barbu) des Pieds Nickelés, BD qui a eu un énorme succès au début du 20ème siècle. A cette époque, la presse destinée aux jeunes était "bien pensante", c'était entre autre : "Bécassine, Lizette…" des histoires très morales. C'est alors que débarque une bande de trois ivrognes, qui parlent en argot et qui sont des personnages totalement immoraux…succès immédiat !
Cette bande dessinée à inspiré trois films, deux de Marcel Aboulker en 1948 et 1950 et un troisième de Jean Claude Chambon en 1964 avec Charles Denner, Michel Galabru et Jean Rochefort.
Je sens déjà quelques producteurs qui vont se faire livrer la BD au cas ou ?

Et bien ce restaurant, c'est un peu les pieds nickelés de la restauration, c'est plantureux, calorique, rude, très "abats" et très bon.

La carte est très gauloise : vinaigrette de langue d'agneau sauce tartare, cervelles d'agneau meunière, rognons blancs d'agneau, salade de tétines de vache, os à moelle, ris de veau poêlé, émincé de cœur de veau, tête de veau et cervelle poêlée, pot au feu au joue de bœuf, tripes de bœuf au vin blanc, tous ces plats sont magnifiquement préparés, justesse de cuisson et assemblages savoureux.

C'est un bonheur pour un adorateur comme moi de cette cuisine d'abats que l'on a du mal à trouver dans les restaurants.

Lors de ma visite la salle était remplie majoritairement d'étrangers qui avaient l'air de venir un peu comme dans un musée, cet établissement doit figurer dans un guide étranger à la rubrique curiosité ?

Si vous amenez quelqu'un qui n'est pas "abats" vous trouverez à la carte d'excellentes terrines de gibier, du foie gras, du civet de chevreuil, des coquilles saint Jacques…

Une dizaine de desserts dont l'excellente tarte aux pommes granny et les magnifiques quenelles de chocolat noir au basilic.

La jolie carte des vins entre 20€ et 100€ la bouteille, dont une quantité conséquente au verre.

En sortant à droite dans cette toute petite rue au pied de Notre Dame, vous tomberez sur l'Eglise St Julien le pauvre, passez la porte de l'église et avec un peu de chance vous tomberez sur des gospels, un concert de violon ou un classique de Mozart, Bach ou Vivaldi.

Ribouldingue
10 rue Saint Julien le Pauvre
75005 - Paris
Téléphone : 01 46 33 98 80
Fermeture : dimanche et lundi
Prix moyen : 40€
Menu : 32€
 
Sardegna a TavolaSardegna a TavolaSarde

Une maison incroyable d’inspiration méditerranéenne, mais ancrée dans les limites territoriales et maritimes de la Sardaigne.
La carte est en sarde avec sous-titres français, on y trouve un mélange extrêmement original de viandes, produits de la mer et « pasta ».
Je connaissais déjà cette maison, mais pour la deuxième visite, j’ai demandé à Tonino Simbula, le patron de se laisser aller, et avec son chef Motti, ils sont très créatifs et à aucun moment je n’ai été déçu.
Ça commence fort, avec un carpaccio de mérou cru, accommodé de nombreux ingrédients dans lesquels on arrive à distinguer du gingembre, de la coriandre, de l’orange, de l’huile d’olive, une merveille de goût.
Arrive ensuite la poutargue de Sardaigne, des œufs séchés de mulets, accompagnés de fines asperges et de petits cœurs d’artichaut croquants, un délice.
Pour digérer ces deux plats, Tonino me fait déguster une petite salade de poulpes et de seiches avec une salade fine de fenouil.
Et puis il me propose une poêlée de ventrèche de thon rouge aux épices et oignons confits, un bonheur.
Avant d’enchaîner sur les « pastas », il me glisse deux langoustines éventrées et grillées au four, avec une tranche de fromage sarde, une très intéressante composition.
Puis vient le moment des « joya di pasta » pâtes de la joie ou pâtes du soleil, des tagliatelles courtes et larges, assaisonnées d’une sauce de ragoût de homard et accompagnées d’une fricassée de petites gambas, sublime.
Vous avez compris, c’est un lieu à visiter absolument, mêmes les assiettes sont créatives.
La carte propose quelques vins uniquement sardes, j’ai un faible pour le Tanca Farra.


Sardegna a Tavola
1 rue Cotte
75012 - Paris
Téléphone : 01 44 75 03 28
Fermeture : le dimanche et lundi midi
Prix moyen : 35€
Reservation : obligatoire
 
ScalaScalaItalien

On ne traversera pas tout Paris embouteillé pour venir impérativement s'asseoir à une table de ce restaurant italien, mais si vous quittez une réunion de prod à l'heure du déj (il y a de plus en plus de sociétés de production dans le quartier) ou si vous sortez le soir d'un spectacle : le Gymnase, le Comedy Club, le Rex, le Max Linder, le Théâtre des Variétés, le Musée Grévin, le Palace, les Folies Bergères…Arrêtez vous dans cette Scala, les pâtes sont très bonnes, il y a quelques créations originales, et la mozzarella (de buffle évidemment) est succulente, elle vient directement d'un petit village près de Naples du nom de Cancello Arnone.

Le chef à deux façons particulièrement originales d'accompagner cette mozza étalée comme une pizza, la spianatina di Parma (jambon de Parme, tomates, roquette et basilic) et la spianatina di Napoli (tomates, roquettes, olives et anchois). Les deux sont excellents.

J'ai retenu deux plats de pâtes vraiment succulents quand ils sont dans votre palais, les tagliolinis au poireau, asperges, jambon de Langhinaro et les spaghettis au homard.

Vous trouverez tous les classiques de la restauration italienne y compris des plats du jour quelques fois innovants.

Le chef Salvatore Curruesi, la quarantaine, est une importation directe de Sardaigne. Le jour où je suis venu, il se croyait à la Scala (de Milan) car il chantait suffisamment fort pour qu'on l'entende de la salle. J'ai nettement préféré sa cuisine à son tour de chant…

Si vous êtes vin et que vous aimez les vins italiens, alors là vous allez adorer car c'est un ravissement. Des rouges de Malize, Sardaigne, Sicile, Toscane, Venetie, Piemont et des Abbruzes et en dehors des classiques Chianti Barollo, Monte Pulcianno et Lanbrusco vous ferez des découvertes : Mail, Nero d'Avola, Plato Sangiovese, Contado Agleanico, Pinot nero, Grignolino d'Asti, Vignia del Picchio et un Moscato Dindarello (pour le dessert) avec un petit fond de fleur d'oranger.

Ce restaurant est à classer dans le peloton de tête du groupe "qualité prix".

Scala
11 boulevard Bonne Nouvelle
75002 - Paris
Téléphone : 01 42 36 01 30
Prix moyen : 25€
 
Shan GoutShan GoutChinois

On va très vite parler de cet établissement tenu par un couple d'origine chinoise, la femme tient la salle et le mari est en cuisine, une cuisine ouverte sur la salle.

Le chef est un artiste, c'est un inventeur, ses plats sont d'un grand raffinement.

Oubliez poulet au curry, crevettes à la sauce piquante ou canard laqué, on est ici dans un autre registre, celle d'un créateur qui revisite des plats ancestraux de différentes régions de la Chine.

En entrée, par exemple vous gouterez le Zhen Zhu, boules de perles à la vapeur, on dirait des petits hérissons, le riz faisant office de pic, un goût ….magnifique.

Ne passez pas à côté du poulet froid gingembre ciboulette…une petite merveille.

Vous pouvez tenter aussi les raviolis grillés ou porc, inspirés de la monnaie chinoise du 19ème siècle (le Jiao Zi).

Pour les plats, le Lizi poulet à l'étouffé aux châtaignes caramélisés est à tomber, pour les amateurs de plats pimentés tentez le Qiezi : aubergines sichuannaises étouffées avec des morceaux de crevettes.

Il est rare de parler dessert dans un restaurant chinois, mais là j'ai été plus que séduit par le Xiangsi : potage de riz gluant et potiron.

Vous trouverez une carte des vins exceptionnelle pour un chinois, sélection de premier choix de Bourgogne Côtes du Rhône et Bordeaux.

Sans le vin, vous payez 30 euros pour un repas chinois exceptionnel, l'endroit est petit donc la réservation est obligatoire.

Pour digérer en face du restaurant, vous avez un escalier qui vous emmène sur le viaduc des Arts.

Shan Gout
22 rue Hector Malot
75012 - Paris
Téléphone : 01 43 40 62 14
Prix moyen : 30/35€
Menu : 22€
Reservation : obligatoire
 
SobaneSobaneCoréen

Il a tout contre lui, une rue où ne passe jamais personne, mais néanmoins ingarable, une devanture qui ressemble à un magasin de retouche et une salle minuscule, 8 tables de deux.
Mais une fois que vous êtes assis, vous allez voir qu'il a tout le reste pour lui.
Je ne suis jamais allé en Corée ni du Nord ni du Sud, donc je ne peux pas dire si c'est comme au pays, mais je peux vous affirmer que c'est bon et extrêmement dépaysant au niveau du goût et très très léger au niveau du prix.
Mais il faut oser commander quelques plats dont l'intitulé sera incompréhensible et la composition en dehors de vos choix naturels.
Lâchez-vous, allez-y si possible à 4 pour goûter toutes les assiettes, vous allez découvrir des goûts, des senteurs, étonnants et très satisfaisants pour le palais.
Pour vous aider dans vos choix voilà quelques plats intéressants et pas chers.
Le Jokbal, pieds de porc mijoté servi avec des légumes et une sauce aux krills, le Yukhoé, tartare de bœuf à la coréenne, (prenez-le en entrée les portions sont plus petites et cela vous permet de goûter un autre plat), le Oli-gouhi, grillade de canard à la sauce pimentée avec miel, oignons, blettes, ail et gingembre, le Bimbimbab, riz recouvert de légumes et bœuf grillé.
Vous en trouverez bien d'autres, comme des poulets grillés avec des sauces envoutantes, des poissons crus mais accommodés d'une manière tout à fait différente des japonais, comme le Hoé saumon cru à la sauce de ginseng.
Il ya quelques vins, mais je recommande le thé vert en feuille.


Sobane
5 rue de la Tour d'Auvergne
75009 - Paris
Téléphone : 01 48 78 02 91
Prix moyen : 20€
 
VivantVivantFrançais

Endroit étonnant, inclassable, indéfinissable, tables et chaises en formica, ameublement déco tendance rétro, un pan de mur est recouvert de faïences du début du siècle représentant des ramages d'oiseaux, normal pour un lieu qui était à l'origine une volière.

Dans ce lieu, l'essentiel est dans l'assiette et c'est sublime :

Une burrata d'exception qui se mange nature tellement elle est gouteuse, une andouillette en cocotte cuite à la perfection, des filets de canard succulents légèrement grillés et viande rose, des papardelle au ragout comme dans une grande maison italienne, une poulettes aux raisins comme vous en avez rarement gouté.

Voilà quelques plats qui vous attendent dans ce lieu. Ne passez pas à côté de la ganache au chocolat orange confites.

Le chef et patron Pierre Jancou, bien connu des gastronomes qui l'avaient découvert chez Racines et suivi à La Crèmerie, est un adepte des vins biodynamiques, c'est à dire conçus à partir de raisins bio, macérés sans aucun traitement (sans filtre, sans levure et sans aucun sulfate ajouté). Vous découvrirez 26 rouges et 12 blancs, des appellations qui ne vous seront pas familières mais qui vous enchanteront le palais.

Vivant
43 rue des Petites Ecuries
(métro Bonne Nouvelle)
75010 - Paris
Téléphone : 01 42 46 43 55
Fermeture : samedi et dimanche
Prix moyen : 42€
Reservation : obligatoire
 
Zinc CaïusZinc CaïusFrançais

Avant de vous parler de ce zinc, deux mots sur Caïus la maison mère et voisine. C'est un établissement très connu des gourmets. Jean-Marc Notelet le chef patron est un vrai créateur, il associe des produits que nous ne connaissons pas forcément pour arriver à des goûts et des parfums sublimes, c'est un magicien des épices.

Le Zinc Caïus est pratiquement en face, c'est un endroit microscopique, la salle ne doit pas être plus grande que la cusine, on est haut perché (merci mesdames pour vos décolletés de cuisses) on n'est ni à table, ni au zinc, on est bien !

La cuisine est simple, inventive et absolument délicieuse, elle vaut le détour.
Pas de carte, une simple ardoise 4 entrées, 4 plats, 4 desserts, c'est une cuisine d'inspiration du marché, l'ardoise change tous les jours.

Pour ma part, j'ai pu goûter le Pata Negra bellota bellota et caviar d'aubergines, extrêmement fondant, un lard de San Clemente accompagné de lentilles du Puy goûteux à souhait, un étonnant mariage cabillaud et boudin du Béarn accompagné d'une purée et de beurre aux algues, une explosion dans la bouche, une poelée de gambas vinaigrette dont vous serez tenté de demander une deuxième portion, un tartare escorté de frites de polenta ; excellents desserts et vins intéresssnats qui peuvent être servis au verre.

Vous pouvez venir vous jucher sur un tabouret les yeux fermés.


Zinc Caïus
11, rue d'Armaille
75017 - Paris
Téléphone : 01 44 09 05 10
Prix moyen : 40€
Menu : 25€ le midi
Reservation : obligatoire
 

Dixit sur Facebook
Dixit sur Google+
Masterclass LES OUTILS DE LA NARRATION de Christopher Vogler sur Facebook
Masterclass STORY de Robert McKee sur Facebook

Agenda des formations
10 juin - 13 juin 2014 Les Nouveaux diffuseurs Lieu : 3 rue la Bruyère Paris 9e
16 juin - 20 juin 2014 Droits d'auteur & contrats Lieu : 3 rue la Bruyère Paris 9e
30 juin - 4 juil 2014 Comment financer un projet cinéma et télévision Lieu : 3 rue la Bruyère Paris 9e
7 juil - 11 juil 2014 Le Transmédia Lieu : 3 rue la Bruyère Paris 9e
6 oct - 10 oct 2014 Comment monter des coproductions cinématographiques européennes et internationales Lieu : 3 rue la Bruyère Paris 9e
20 oct - 25 oct 2014 Le Documentaire dans tous ses états Lieu : 3 rue la Bruyère Paris 9e
18 nov - 21 nov 2014 Distribution : le Marketing du Cinéma Lieu : 3 rue la Bruyère Paris 9e
26 nov - 29 nov 2014 STORY Lieu : Paris
Contact Formations
Une question ?
Contactez le responsable-formations :

Tél. : 01 49 70 89 52
Fax : 01 49 70 02 15
Email : accès à l'email
Newsletter
Suivez toute notre actualité grâce à la lettre d'information Dixit.